Valérie Trierweiler, la bombe médiatique d’une journaliste trop proche du pouvoir


Jean-Vincent Placé commentait hier matin sur I-Télé la sortie du livre de Valérie Trierweiler : « On peut tirer la conclusion, avec le sourire, que les politiques ont intérêt à rester éloigné des journalistes. »

Cette boutade révèle une réflexion plus profonde qu’elle n’y parait.

A son arrivée à l’Elysée, on s’en souvient, Valérie Trierweiler refusait de se faire appeler « Première Dame mais souhaitait être nommée « Première Journaliste ». Dès le départ, elle ne souhaitait pas endosser la fonction de femme au sommet de l’Etat. Au salon du livre 2013 à Beyrouth, Julien Beau lui fit cette remarque prémonitoire : « Vous avez une position intéressante pour une journaliste. Dans 5 ans, dans 10 ans, vous pouvez imaginer un livre passionnant. » « C’est vous qui l’imaginez, ce n’est pas moi » avait-elle répondu. Aujourd’hui, cet amalgame entre journalisme et politique se révèle plus que grinçant.

Valerie-Trierweiler-350-2Une Première Dame experte des ficelles médiatiques

Jamais Valérie Trierweiler n’a laissé au placard sa première fonction en continuant à écrire dans Paris Match. Elle gardait des relations professionnelles avec les journalistes politiques de l’hebdomadaire, même en écrivant les pages Culture. Carla Bruni Sarkozy avait bien abandonné un temps la chanson pour s’engouffrer dans la parenthèse de l’Elysée avec abnégation. Valérie Trierweiler n’a jamais renoncé, elle.

Ce qui blesse toute la France, c’est, au-delà du déballage intime, la prise de conscience d’un pouvoir indissocié entre journalisme et politique au sommet de l’Etat. La Première Dame, qui disposait toujours de sa carte de presse quand elle était à l’Elysée, n’était pas au service de l’Etat ni du Président de la République, ni des Français mais à celui de sa seule personne. Le livre qu’elle publie aujourd’hui est celui d’une femme qui connaît par cœur les ficelles médiatiques françaises et qui en use pour se venger de celui qui l’a trompé :

D’abord, Valérie Trierweiler raconte des anecdotes et ne fait pas de grands récits compliqués. Elle sait que les histoires de chambre à coucher et de salle de bain présidentielles vont passionner des foules friandes de récits des coulisses. Ensuite, elle choisit les extraits qu’elle veut mettre en avant en les publiant dans Paris Match. A ce moment-là, aucune rédaction ne détient le livre et tous les journalistes sont contraints de lire en boucle ces quelques morceaux. Pour mieux choquer, elle met en avant les passages les plus sordides : ceux sur les « sans dents » et la découverte de la liaison avec Julie Gayet. Enfin, l’ancienne Première Dame choisit méticuleusement le moment de la parution de son ouvrage : A la rentrée, après les chiffres du chômage, la démission du gouvernement et les frondeurs du PS.

Un règlement de compte qui nous touche tous

Ce règlement de compte nous touche tous. Pourquoi ? Valérie Trierweiler ne nous a pas écrit pour nous dire la vérité, nous sauver de quelques mensonges gouvernementaux. Elle n’a pas rédigé ce livre seulement pour détruire l’homme qui l’a trompé. Elle a fait de cet ouvrage une bombe à dézinguer le Pouvoir, le Président et les Français qui l’ont élu. Si Valérie Trierweiler avait souhaité nous préserver de la risée des médias internationaux et protéger la fonction présidentielle, elle aurait attendu 3 petites années pour publier son « best-seller », comme l’avait fait Cécilia Sarkozy avant elle. Mais, en publiant maintenant ce livre contre François Hollande, elle choisit délibérément de faire des victimes collatérales : la France et les Français. Elle règle ses comptes avec les Français qui disaient ne pas l’aimer, avec les médias qui la prenaient en photo en maillot de bain sur la plage, avec les membres du gouvernement qui ne voyaient pas sa légitimité. Dans un désamour total du pays qui lui a fourni le titre de « Première Dame », elle se venge du genre humain avant de disparaitre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s