Serez-vous un jour ami avec un robot humanoïde ?


C’est une drôle de cérémonie funéraire qui se déroule sous nos yeux : dans un temple japonais, des moines se recueillent pour encenser des défunts exposés sur quelques planches. L’atmosphère semble lourde et les visages des fidèles penchés vers le sol sont graves. Ces défunts ? Ce sont des petits chiens robots Aibo de la marque Sony, lancés en 1999 pour être des animaux de compagnie. Car ces bêtes de métal ont une âme, selon Nobuyuki Narimatsu, Directeur de la société japonaise A Fun qui répare les spécimens cassés. Selon lui, ces robots sont considérés par beaucoup de japonais comme des « membres de leur famille ».

Cette vidéo serait cocasse s’il ne s’en dégageait pas une réflexion intéressante sur le statut des robots aujourd’hui. Autrefois de simples machines, les robots sont définis actuellement par le Larousse comme des « personnes qui agissent de façon automatique ». A l’avenir, ils seront pensés pour sortir de cet automatisme afin d’interagir avec les humains sur un mode affectif. C’est d’ailleurs le plus grand rêve de Bruno Maisonnier, fondateur de l’entreprise Alberana qui a conçu le robot humanoïde Nao en 2008 : « Il ne faut pas demander à quoi sert un robot. C’est comme si je demandais à quoi sert un chien ? Il ne répond à aucun besoin précis. Mais il apporte une présence. On ne peut pas raisonner uniquement en termes utilitaires. C’est la même chose avec les robots. Il faut des robots humanoïdes bienveillants, mignons, qui apportent du bien-être » expliquait-il dans une interview donnée à Challenges en mars 2014.

romeo-robot-lecture

Alors, exit le robot auxiliaire de l’homme ? Il semblerait que cette définition soit sur le point d’être dépassée. Le robot du futur est un compagnon pour l’homme, plus qu’un outil. Roméo, le petit frère de Nao, est destiné à être une aide aux personnes âgées dépendantes et interagir avec elles.

Le robot fait donc son apparition dans le social et le service à la personne. On est loin des usines et du secteur industriel. Si les robots peuvent réaliser des tâches humaines (prendre des objets, faire la cuisine etc.), sont-ils pour autant des « êtres doués de sensibilité » ?  Difficile d’y croire, malgré le discours marketing bien rôdé de leurs créateurs. Le rires et pleurs d’un robot ne renvoient à aucun sentiment, et ne peuvent pas exister sans programmateur. Si les robots peuvent nous assister,  il est difficile de comprendre comment ils pourraient devenir des « amis » ou des « compagnons ».  On n’a pas inventé le Golem, heureusement !

Publicités

Une réflexion sur “Serez-vous un jour ami avec un robot humanoïde ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s