Quand Facebook veut tuer les médias


Facebook ne manque décidément pas de culot, ni d’ambitions. Le réseau social a proposé à de grands sites d’information américains (dont le New York Times) de publier leurs contenus directement sur…Facebook. Tout cela en échange de revenus publicitaires dont les contours sont flous.

facebook-m-a-tuer-1_720140Comment Facebook peut-il imaginer dominer de son algorithme les médias de tous bords et nationalités ? Ainsi, nous ne pourrons plus aller de Libé au Figaro, en passant par l’Express ? Quid de la diversité des lignes éditoriales et des communautés de lecteurs ? Facebook serait le MSN de l’information ? Pour un Buzzfeed amélioré au mépris d’un contenu élaboré ?

Si les médias font front commun contre Facebook, ils risquent de beaucoup souffrir des appétences du géant. Car en réalité, beaucoup de nos médias voient déjà leur audience dépendre du trafic de leurs articles sur les réseaux sociaux, et sur Facebook. En effet, le réseau social choisit de donner de la visibilité à tel ou tel post en fonction du nombre de likes qu’il génère. Si personne ne dit aimer votre article du jour, personne ne le verra. Et c’est le serpent qui se mord la queue.

Alors certains médias pourraient être tentés par cette nouvelle proposition alléchante de Facebook. Seulement, à vouloir retrouver des financements, on peut en perdre son âme. Celui qui accepte une telle proposition est voué à disparaître. Car jusqu’ici, les internautes intéressés par le titre d’un article partagé sur Facebook cliquent sur le lien et viennent alimenter le trafic du média en question. Or, qui dit audience, dit achats publicitaires plus élevés et qui dit achats publicitaires plus élevés, dit finances pour faire marcher le journal. Si les utilisateurs de Facebook ne vont plus cliquer sur les liens vers les médias, c’est la mort des supports médiatiques ! Ceux-ci ont surement un avenir beaucoup plus florissant devant eux que de plier devant un réseau social.

Publicités

Une réflexion sur “Quand Facebook veut tuer les médias

  1. Le problème est que Facebook essaye de se caser en indispensable et que de moins en moins de gens utilisent d’autres modes de communication dans les universités, les cercles d’amis, ou même familiaux, pour partager des cours, des nouvelles, des informations, ou des invitations. De plus, le fait que le compte facebook devienne un passeport pour l’utilisation d’autres programmes, comme spotify, oblige que si vous voulez quitter facebook, vous supprimer tous les comptes que vous y avez attaché. En regroupant les articles de presse, facebook veut devenir encore plus incontournable en tant que source d’information.. C’est pourquoi j’ai décidé de lancer un blog sur comment vivre en société sans réseau social. Visitez!
    http://farewelltosociety.wordpress.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s